Home
retour

Tabac et nicotine

Infos sur les substances

La nicotine est un puissant neurotoxique et un composé naturel de la plante de tabac et d’autres solanacées. En raison de leur fort pouvoir insecticide, la nicotine et les néonicotinoïdes ont été utilisés comme produits phytosanitaires. Chez l’humain, la substance peut être absorbée par les poumons, la peau et les muqueuses.

Les molécules de nicotine se lient aux récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine (n-ACh) présents à la surface de différentes cellules. Cela provoque notamment la libération de dopamine qui entraîne une stimulation du centre de la récompense et déclenche une sensation de bien-être. Dans le cas d’une consommation répétée, une tolérance s’installe. Il faut alors de plus en plus de nicotine pour occuper tous les récepteurs et éviter les symptômes de manque. Lorsqu’un certain nombre de récepteurs nicotiniques est sous-occupé, une hormone de stress est libérée, provoquant ainsi irritabilité, manque d’énergie, sentiment d’oppression et agitation intérieure. Ces symptômes de sevrage peuvent apparaître quelques heures après la dernière consommation. Des troubles du sommeil et des difficultés de concentration peuvent également survenir en raison d’un sevrage. La nicotine est une substance à fort potentiel addictif.

La nicotine a un effet stimulant et euphorisant ; elle atténue les sensations de faim, d’anxiété et de stress. Elle provoque une amélioration temporaire de l’attention et de la mémoire. Cet effet disparaît toutefois en cas de consommation régulière.

À haute dose, la nicotine est toxique et peut provoquer nausées, vomissements, diarrhées, maux de tête, salivation excessive, troubles respiratoires, augmentation de la pression artérielle et accélération du rythme cardiaque (tachycardie). Lors d’une surdose, des évanouissements, une insuffisance respiratoire, un collapsus circulatoire et des convulsions peuvent survenir. Dans les cas extrêmes, une surdose peut être mortelle. En cas d’ingestion de produits contenant de la nicotine par de jeunes enfants, une prise de contact avec un professionnel de la santé est indiquée.  (Tox Info Suisse / 145).

Cigarettes

Le tabac contient plus de 3500 composés, dont plusieurs sont cancérigènes. La principale substance active est la nicotine. La liste des substances associées à la fumée de cigarette comprend : goudron (donne le goût), monoxyde de carbone, benzène, cadmium, nitrosamines, cyanure d’hydrogène, azote, acide cyanhydrique, etc.

> Dosage

Variable selon le tabac utilisé. Les cigarettes industrielles contiennent en moyenne environ 10 mg de nicotine. Moins d’un tiers de la nicotine contenue dans la cigarette est absorbée par l’organisme.

> Effet

Voir Nicotine.
La nicotine est libérée immédiatement lorsque la cigarette est allumée. La nicotine, liée à des particules de goudron, pénètre d’abord dans les poumons et puis dans le sang. Après quelques secondes, les molécules de nicotine atteignent le cerveau. La sensation de flash s’estompe après quelques minutes.

> Risques et effets secondaires

Diminution de la quantité d’oxygène dans le sang, réduction de l’odorat et du goût, augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque, libération accrue d’adrénaline et augmentation de l’activité du tracte gastro-intestinal.
Généralement lors d’une première consommation ou d’une consommation après une période d’abstinence : chute de la tension artérielle, nausées ou vomissements et vertiges.

> Risques à long terme

Les substances qui accompagnent la fumée du tabac (non la nicotine elle-même) sont les premières responsables des conséquences connues du tabagisme sur la santé. L’absorbation de ces substances nocives conduit à un risque accru de maladies cardiaques et pulmonaires (asthme, bronchite chronique, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, thrombose, cancer du poumon) et de lésions de la muqueuse gastrique (ulcère gastrique). Des études montrent qu’environ 50 % des fumeurs et fumeuses meurent prématurément des suites de leur consommation de tabac. Le risque de cancer du poumon est 20 à 30 fois plus élevé dans ce groupe que chez les personnes non-fumeuses.

Les symptômes de sevrage sont la dépression, l’anxiété, l’agitation et l’insomnie. Une prise de poids peut survenir suite à l’arrêt du tabac.

La prise de certains médicaments (p. ex. pilule contraceptive) parallèlement à la consommation de tabac péjore la circulation sanguine (risque de thrombose !). Les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires, pulmonaires et respiratoires (asthme, bronchite chronique) courent un risque accru en fumant. Le passage à une alternative sans tabac (voir e-cigarettes ou snus sans tabac) pourrait réduire certains de ces risques.

 

 

Cigarettes électroniques

Les cigarettes électroniques, vaporisateurs ou vapoteuses chauffent un liquide (e liquide), le transformant ainsi en vapeur pouvant être inhalée. Les cigarettes électroniques ne contiennent pas de tabac, mais un extrait de nicotine (nicotine libre / base) ou un sel de nicotine (nicotine liée / acide). Il existe également des e liquides sans nicotine. Les e-liquides sont disponibles avec différents parfums. Outre la nicotine, on y trouve des arômes, du propylène glycol ou de la glycérine.

> Dosage

Les e-liquides contenant de la nicotine existent avec différents taux de nicotine (normalement 0 – 20 mg/ml – droit européen : max. 20 mg/ml).

> Effet

L’effet et la durée d’action dépendent du taux de nicotine et du mode de consommation. Voir nicotine.

> Risques et effets secondaires

Les effets indésirables peuvent être par exemple des irritations des voies respiratoires, très rarement des réactions allergiques ou des inflammations.
Le chauffage (pyrolyse) des e-liquides (même ceux sans nicotine) produit des substances considérées comme potentiellement toxiques et cancérigènes. Certaines substances aromatiques, qui sont inoffensives en tant qu’additifs alimentaires, pourraient avoir un effet néfaste si elles sont inhalées. Dans l’Union Européenne, les arômes contenus dans les e-liquides sont réglementés.
Par rapport aux cigarettes traditionnelles, le risque pour la santé semble être moindre selon les études actuelles. Les recherches scientifiques portent surtout sur l’utilisation à court terme, moins sur les effets à long terme. Les cigarettes électroniques peuvent représenter un soutien pour certaines personnes dans l’arrêt du tabac.

 

Appareils à tabac chauffé

Le tabac à chauffer se présente généralement sous forme de rouleaux. Ceux-ci sont chauffés à environ 350° dans un appareil dédié (p. ex. IQOS®). Il ne s’agit pas d’un liquide à vaporisé comme pour les cigarettes électroniques, mais bien de tabac. Le processus de chauffe produit un aérosol ensuite inhalé.

> Dosage

Les appareils à tabac chauffé libèrent un peu moins de nicotine que les cigarettes classiques.

> Effet

Voir la nicotine.
Avec cette forme de consommation, les effets de la nicotine se font sentir en quelques secondes. La sensation de flash s’estompe après quelques minutes.

> Risques et effets secondaires

Il s’agit de produits du tabac qui, au même titre que les cigarettes traditionnelles, libèrent des substances toxiques et cancérigènes. Les appareils à tabac chauffé sont vendus comme étant moins nocifs que les cigarettes, car il y a chauffage mais pas de combustion. Cette affirmation est critiquée, puisque par le processus de chauffage (pyrolyse, carbonisation) des substances nocives sont également générées et inhalées. Les risques pour la santé liés au tabac à chauffé sont considérés comme inférieurs à ceux des cigarettes et supérieurs à ceux des cigarettes électroniques (vapoteuses). De manière générale, il existe peu d’études scientifiques indépendantes sur les effets à long terme de ces produits.

 

Snus

La snus se compose d’une fine poudre de tabac, généralement portionnée en petits sachets. Au tabac est généralement ajouté du sel de cuisine (NaCl), du carbonate de sodium (E500 / poudre à lever), des humectants (p. ex. E1520 / propylène glycol) et des arômes. Les sachets sont placés sous la lèvre supérieure ou inférieure. La nicotine et les autres substances sont alors absorbées par les muqueuses.
Il existe également de la snus sans tabac (« white snus »). Ces « sachets de nicotine » sont composés d’un support (cellulose), d’amidon, de sels de nicotine et d’arômes. Du fait de l’absence de tabac, ces produits sont à priori moins nocifs que leurs prédécesseurs avec tabac.

> Dosage

La snus est vendue avec des taux de nicotine plus ou moins élevés. L’éventail va de 0 mg/g à 40 mg/g. Un taux de 8 mg/g est souvent étiqueté comme « normal » et de 40 mg/g comme « très fort ». Environ 10 à 20 % de la nicotine est absorbé. Outre la teneur en nicotine, l’effet de la snus est influencé par d’autres facteurs comme l’humidité du tabac.

> Effet

Comme pour les autres produits à base de nicotine, les consommateurs et consommatrices ressentent des effets tels qu’une hausse momentanée de la concentration, une baisse de la nervosité, une augmentation de l’énergie. La fréquence cardiaque augmente. Les personnes non accoutumées éprouvent souvent les effets indésirables suivants : nausées, vomissements, vertiges, pâleur ou maux de tête.
L’effet se fait sentir en peu de temps – un peu plus lentement que pour la cigarette (après environ une minute). La snus est généralement gardé en bouche pendant 15 à 60 minutes. L’effet s’estompe ensuite progressivement.

> Risques et effets secondaires

La snus à base de tabac contient des substances cancérigènes qui peuvent favoriser le cancer de la bouche et du pancréas. Elle peut également endommager les gencives et provoquer des inflammations de la muqueuse buccale. Une consommation régulière peut entraîner une coloration des dents et des gencives. La snus sans tabac peut représenter une alternative moins risquée.

 

Tabac à priser

Le tabac à priser est un mélange de tabac fermenté en poudre et de substances aromatiques, qui se consomme par le nez (sniff).

> Dosage

La nicotine est absorbée facilement par la muqueuse nasale. Avec de petites quantités de tabac à priser, on peut constater dans le sang une concentration de nicotine aussi élevée que lors de la consommation d’une cigarette.

> Effet

Comme les autres produits à base de nicotine, le tabac à priser a des effets stimulants et relaxants.

> Risques et effets secondaires

Le tabac à priser peut provoquer des vertiges, un léger étourdissement et des nausées.
Selon des études, le tabac à priser libère moins de substances nocives que la combustion du tabac (p. ex. les cigarettes). La consommation régulière de tabac à priser peut toutefois endommager la muqueuse nasale et entraîner une congestion nasale, une inflammation ou une altération de la muqueuse.

 

01.07.2022
Nous avons besoin de ta créativité !
Nous recherchons de nouvelles illustrations pour les emballages de nos préservatifs. As-tu...
19.05.2022
Dose potentiellement mortelle d’alprazolam découverte dans une capsule de «4AcO-DMT»
Début mai, des gélules contenant une dose potentiellement mortelle d'alprazolam ont été...
10.02.2022
Cannabis : une substance active peu connue est plus fréquemment détectée
Outre les cannabinoïdes de synthèse, le delta-8-THC a été détecté à plusieurs...